Nourrir ceux qui ont faim

Nourrir ceux qui ont faim

Le Canada est l'un des pays les plus riches du monde, mais le taux de fréquentation des banques alimentaires a augmenté de 2,4 % entre 2011 et 2012, selon un sondage national sur les banques alimentaires.


Vivez mieux

Chaque fois qu'un repas est inscrit sur vivezmieux.ca, les Canadiens mettront de la nourriture sur la table d'une famille dans le besoin. Vous pouvez aussi remplir notre formulaire d'inscription de repas.


Notre nouvel objectif : manger 100 000 repas ensemble.



DES CHIFFRES QUI EN DISENT LONG :


882 188 personnes ont eu recours à des banques alimentaires en mars 2012.


7 % des gens qui ont fréquenté les banques alimentaires vivent principalement de revenus issus d'une pension.


38 % de ceux qui utilisent les banques alimentaires sont des enfants et des jeunes.


11 % des personnes utilisant ces services sont des personnes issues des Premières Nations.


25 % des ménages qui profitent de l'aide des banques alimentaires sont des familles monoparentales.


55 % des banques alimentaires ont dû diminuer la quantité de nourriture allouée à chaque foyer.


[Source : Bilan-Faim 2012]

Cette année, Vivez mieux de Radio-Canada a comme objectif de fournir un repas à 100 000 familles. Grâce au généreux soutien de nos commanditaires, Le Choix du Président et les Producteurs laitiers du Canada, un don sera remis à l'organisme Banques alimentaires Canada.


Vivez mieux s'est entretenu avec Marzena Gersho, directrice des communications et des programmes nationaux à Banques alimentaires Canada, afin de savoir comment cette contribution allait aider à nourrir les gens qui ne peuvent manger à leur faim.


« Une bonne partie des fonds recueillis servira à soutenir le système national de partage de repas - un programme développé par Banques alimentaires Canada - par le biais duquel nous recevons des dons en nourriture que nous distribuons ensuite dans toutes les régions du pays », nous a dit madame Gersho.


« La nourriture est livrée aux collectivités qui se chargent ensuite de la distribuer localement sous forme de paniers de provisions, dans les soupes populaires et autres programmes de distribution de nourriture », a-t-elle précisé.


Le problème de la faim


« Le Canada est peut-être un des pays les plus riches du monde, mais il y a quand même un problème de la faim ici », souligne madame Gersho, citant le sondage effectué annuellement par Banques alimentaires Canada, et qui mesure le niveau de fréquentation des banques alimentaires à travers le pays.


« L'an dernier, poursuit-elle, en un mois seulement, plus de 880 000 personnes ont eu recours aux banques alimentaires, une hausse de 31 % depuis la récession de 2008. C'est le taux de fréquentation le plus élevé depuis 1997, année où l'organisme a produit son premier sondage annuel Bilan-Faim. »


Le nombre de banques alimentaires


« La banque alimentaire est souvent l'organisation qui se charge de recueillir de la nourriture et de la distribuer dans la communauté », note madame Gersho.


Selon elle, il existe plus de 800 banques alimentaires au pays, et elles approvisionnent plus de 3000 agences comme les soupes populaires ou les programmes de distribution de paniers de nourriture.


Qui a recours aux banques alimentaires?


« Environ 17 % à 18 % de ceux qui utilisent les banques alimentaires sont des gens qui ont un emploi ou qui viennent d'en trouver un, mais qui ne font pas encore assez d'argent », ajoute madame Gersho.


Selon les résultats du sondage de 2012, 38 % des enfants et des jeunes se tournent aussi vers les banques alimentaires pour recevoir de l'aide.


« Quelles que soient les conditions économiques, les données démontrent que le nombre total de Canadiens ayant recours aux banques alimentaires n'a jamais été inférieur à 700 000 au cours de la dernière décennie », de conclure madame Gersho.


Écrivez vos commentaires ci-dessous.


Sur notre page Facebook www.facebook.com/rc.vivezmieux
Sur Twitter @rc_vivezmieux #vivezmieux
Par courriel à vivezmieux@radio-canada.ca

Les commentaires sur cet article font l’objet d’une modération avant d’être publiés afin de s’assurer qu’ils respectent notre nétiquette. Nous vous invitons à inscrire vos commentaires tant que la tribune est ouverte. Radio-Canada se réserve le droit de fermer une tribune sans préavis.

La Nétiquette

Note : Radio-Canada n’endosse pas nécessairement les opinions publiées. En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio-Canada a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !