Dre Ali Zentner : Perdre du poids, un jour à la fois

Dre Ali Zentner : Perdre du poids, un jour à la fois

La docteure Ali Zentner s'est donnée comme mission d'aider les gens à développer une saine relation avec la nourriture.


Aux prises avec ses propres problèmes de poids depuis l'enfance, cette experte de l'obésité originaire de Vancouver nous raconte son histoire - elle a perdu plus de 80 kilos - et celles de ses patients dans son livre The Weight-Loss Prescription.


dr-ali-70x78.jpg Dre Ali Zentner

Ali Zentner pratique la médecine interne et se spécialise dans la gestion des risques de maladies cardiaques et dans tout ce qui touche l'obésité. Elle a d'ailleurs aidé des milliers de patients souffrant d'obésité ou de surpoids.


Elle-même a perdu plus de 80 kilos et choisi d'adopter un style de vie sain et actif.


Avec un bureau à Vancouver, Dre Zentner a été la spécialiste médicale attitrée de l'émission Village on a Diet de la CBC et elle contribue régulièrement à Vivez mieux.



Son invité de rêve au souper


« J'aimerais beaucoup manger un steak en compagnie de mon père », nous a confié Ali Zentner quand on lui a demandé qui serait son invité de rêve pour souper.


Son père, décédé il y a onze ans, souhaitait que sa fille devienne médecin.


« Il est mort pendant ma première année de pratique, alors iI n'a rien vu de tout ce qui s'est passé par la suite. J'adorerais souper avec lui pour lui raconter tout ça. »


« Je pourrais être déçue par une célébrité, par quelqu'un que je ne connais pas, observe Dre Zentner, mais pas par mon père. »


« Avec mon père, ce serait une soirée fantastique, ça c'est certain. »



Vivez mieux

Pour chaque repas inscrit sur vivezmieux.ca, les Canadiens aideront à nourrir une famille dans le besoin. Vous pouvez aussi remplir notre formulaire d'inscription de repas.


« La nourriture est intégrée à notre culture; elle fait partie de ce que nous sommes », a confié Ali Zentner à Vivez mieux.


« Je crois que, dans la plupart des cultures, c'est beaucoup plus qu'un simple besoin de se nourrir : c'est un moyen d'exprimer son affection et on l'utilise comme prétexte pour fêter, pour alléger son chagrin, ou pour s'encourager. »


« D'un point de vue physiologique, plusieurs recherches confirment cet aspect culturel, surtout dans le cas de certains types d'aliments qui provoquent des réactions biochimiques dans le cerveau - quand nous consommons du sucre, du gras ou du sel par exemple. »


La docteure Zentner souligne que nos personnalités et nos comportements sont profondément influencés par nos propriétés génétiques. Alors, demande-t-elle, pourquoi n'en serait-il pas de même avec nos choix et nos préférences alimentaires?


L'obésité


Ali Zentner considère que l'obésité est plus une maladie qu'une condition sociale.


« Il existe des liens physiologiques dans notre corps, par exemple, nos cellules adipeuses qui parlent à notre cerveau et que ce dernier leur répond. Il y a également l'environnement dans lequel on vit et où il est devenu très facile de prendre du poids, et de plus en plus difficile d'en perdre. »


Elle a décidé d'écrire son livre parce qu'elle jugeait que personne n'avait encore traité spécifiquement du comportement des gens face à la nourriture.


En tant que médecin, elle rencontre quotidiennement des patients obèses ou souffrant d'embonpoint.


Pour elle, le lien entre le fait de traiter ses patients dans son cabinet et la décision d'écrire un livre pour tous ceux qui ne pouvaient venir la voir s'est fait tout naturellement.


Elle constate que l'industrie des diètes et régimes amaigrissants a réussi à persuader les gens de manger de telle ou telle façon jusqu'à ce qu'ils perdent un certain nombre de kilos.


« Médicalement, ce n'est pas une bonne approche. Ce n'est pas ainsi que les gens vont réussir à perdre du poids à long terme. Ce n'est pas comme cela que l'on s'assure de ne pas reprendre le poids perdu et, surtout, cela peut avoir un effet nuisible chez ceux qui font des efforts pour changer leur style de vie. »


Ali Zentner voulait écrire un ouvrage qui aiderait les gens ayant un problème de poids à réaliser qu'ils ne sont pas seuls. Elle espère aussi que toutes les personnes n'ayant jamais souffert de ce problème le liront et comprendront que l'obésité est une maladie.


« Je voulais que ce livre établisse une relation d'empathie avec le Iecteur. Et pas juste de l'empathie : je voulais créer un sentiment de communauté, et c'est pourquoi j'ai cité mes patients en exemple. »


À propos des régimes amaigrissants


« Un régime contient en soi un début, un milieu et une fin. Et cela ne fonctionne pas quand il s'agit de perdre du poids », explique Dre Zentner.


Selon elle, la « fin » n'existe pas quand on veut perdre du poids. Elle parle plutôt d'un changement de style de vie : de comportements et d'habitudes que vous devez adopter pour le reste de votre vie.


« On augmente ici, on diminue là, et on ajuste au fur et à mesure. On suit le courant et on voit où ça nous mène. Voilà la façon de perdre du poids. Et non pas en vous disant : "Je vais couper les glucides pendant six semaines pour voir ce que ça donne". »


« Nous vivons dans un monde où les gens veulent des solutions rapides, poursuit-elle. Mais on n'obtient pas des résultats bénéfiques à long terme avec des solutions rapides. Si vous cherchez un truc pour maigrir rapidement, vous allez peut-être le trouver - mais ce sera quelque chose de temporaire. »


« Je crois que les gens devraient réfléchir à leur comportement face à la nourriture. Et je pense que d'établir une liste de ce que l'on mange est un bon début », suggère-t-elle.


« Ce que les gens souhaiteraient faire, ce qu'ils font et ce qu'ils pensent être en train de faire, sont trois choses bien différentes. » Manger ensemble


D'un point de vue des saines habitudes de vie et de la santé, les familles qui ont l'habitude de manger ensemble semblent porter plus d'attention à la qualité de leur alimentation, remarque Dre Zentner.


« Je pense que cela favorise les discussions à propos de la nourriture : parler de la différence entre les aliments qui sont bons pour la santé et ceux qui le sont moins, par exemple. »


Mais elle précise que le fait de manger ensemble n'est pas un gage de santé absolu.


« S'il y a de mauvaises habitudes alimentaires, ça peut toucher toute la famille... J'irais même un peu plus loin et je proposerais de réfléchir à ce que vous mangez en tant que famille, et de ne pas vous contenter de simplement manger ensemble », conclut Ali Zentner.



Sur notre page Facebook www.facebook.com/rc.vivezmieux
Sur Twitter @rc_vivezmieux #vivezmieux
Par courriel à vivezmieux@radio-canada.ca

Les commentaires sur cet article font l’objet d’une modération avant d’être publiés afin de s’assurer qu’ils respectent notre nétiquette. Nous vous invitons à inscrire vos commentaires tant que la tribune est ouverte. Radio-Canada se réserve le droit de fermer une tribune sans préavis.

La Nétiquette

Note : Radio-Canada n’endosse pas nécessairement les opinions publiées. En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio-Canada a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !