Votre histoire : la famille Loat

Votre histoire : la famille Loat

Vous avez l'intention de manger plus souvent avec les gens que vous aimez? Racontez-nous cela en détail! En plus de lire et de partager vos récits, nous choisirons 5 à 10 familles qui, de concert avec notre diététiste, nous aideront à promouvoir et à faciliter les repas en famille ou entre amis. Nous vous reviendrons de temps à autre pour savoir en quoi vos repas pris ensemble ont changé votre vie.



Elisa Dalla-Giustina (ou Elisa Loat) de Toronto vit avec son époux, Tim Loat, beau-père de Kai, 11 ans, et père de Wes, 6 ans, et de Sam, 3 ans.


 

 




1. Combien êtes-vous à prendre vos repas ensemble, en famille, et pourquoi est-il important de tous vous réunir autour de la table?

loat-family-dessert-250.jpg

Nous sommes l'exemple parfait d'une famille reconstituée moderne, avec tous les accommodements que cela exige d'être à la fois parents et beaux-parents. Sans compter que nous devons jongler avec les horaires de chacun (école, travail, sports, programmes divers, loisirs, etc.). Tout ça pour dire qu'il est souvent difficile de s'asseoir tous ensemble à la table pour manger un repas en famille.


L'aîné de mes fils, Kai, passe la moitié de la semaine avec moi et l'autre avec son père, qui demeure à 10 minutes à pied. Kai mange avec nous quatre jours sur sept, du mercredi au samedi. Mon mari travaille de longues heures et ne rentre à la maison qu'assez tard, longtemps après que la vaisselle a été lavée et rangée - sauf les vendredis et samedis qui sont pour lui des jours de congé. Il n'y a donc que deux jours sur sept où nous pouvons réunir toute la famille autour d'un bon repas. En moyenne, nous sommes de trois à cinq membres de la famille à manger ensemble chaque semaine.


Je crois qu'il est très important de manger ses repas en famille le plus souvent possible. Cela nous permet de garder le contact, de décompresser. C'est surtout l'occasion d'avoir des conversations intéressantes et de rigoler en se racontant des histoires amusantes.


senior-stephanie-70x78.jpg Autour de la table, avec Stefanie Senior, diététiste

Stefanie Senior est la diététiste professionnelle attitrée de Vivez mieux. Elle dirige aussi son propre bureau de consultation en nutrition à Toronto. C'est avec passion qu'elle encourage les familles à faire de meilleurs choix santé; elle se spécialise également dans la gestion du poids, la nutrition sportive, les maladies chroniques et le bien-être en milieu de travail.


Planifier d'avance et bien s'organiser sont deux éléments clés si on veut réussir à réunir la famille autour de la table à l'heure des repas. Voici quelques étapes à suivre pour y arriver :


Première étape : créez une « banque de recettes » contenant toutes les préférées de votre famille. Essayez d'en introduire une ou deux nouvelles chaque mois pour apporter un peu de variété.


Deuxième étape : dressez une liste de toutes vos idées de recettes pour le déjeuner, le dîner, le souper et les collations. Vous pouvez aussi créer des sous-catégories comme « rapide et facile », « grande quantité », « repas pour les jours de semaine », « repas pour le week-end », « sur le pouce », etc.


Troisième étape : à partir de votre banque de recettes, établissez des menus hebdomadaires avec ce que vous allez manger, quand vous allez le servir et qui sera à la table pour en profiter. Consultez votre horaire et déterminez le temps dont vous disposez pour préparer et cuire les aliments, et pour tout nettoyer à la fin du repas. Par exemple, pour les soirs particulièrement occupés, choisissez un repas de votre liste « rapide et facile ».


Vous pouvez aussi utiliser le planificateur de repas gratuit de Vivez mieux. Vous pourrez y créer un modèle de menu pour vous et votre famille, ou encore vous pourrez consulter notre base de données contenant plus de 300 recettes pour faire votre propre planification!


Quatrième étape : préparez vos aliments à l'avance! Le week-end, faites votre épicerie, puis lavez et coupez vos légumes aussitôt que vous arrivez à la maison (c'est idéal pour les salades, sautés ou comme bâtonnets de légumes). Utilisez votre mijoteuse pour préparer des recettes en grande quantité (comme un chili), que vous pouvez ensuite congeler pour les servir plus tard; doublez la quantité de vos recettes favorites pour qu'il en reste le lendemain (par exemple, sauce spaghetti, pot-au-feu, boulettes de viande).


Vous rencontrez aussi certains obstacles dans la planification de vos repas? Envoyez-nous un courriel à LiveRightNow@cbc.ca et nous allons possiblement les mentionner sur ce site, accompagnés de suggestions de la part de Stefanie Senior.


2. Réussissez-vous à réunir votre famille pour des repas?

Règle générale, on réussit à prendre nos repas en famille assez souvent. Nous mangeons ensemble tous les soirs de la semaine. Comme nous en avons pris l'habitude, nos enfants trouveraient bizarre qu'il en soit autrement. Bien sûr, il y a toujours de petits incidents qui surviennent quand on se retrouve à plusieurs dans un même lieu. Je pense, par exemple, au plus jeune qui essaie de piquer de la nourriture à ses voisins de table, mais c'est la même chose lorsqu'ils jouent ensemble ou se retrouvent sur un même sofa pour regarder la télé.


3. Quels principaux obstacles rencontrez-vous à l'heure des repas?


Je dois composer avec des enfants aux goûts très différents : il y en a un qui aime le pain et les légumes, un autre préfère la viande et les pommes de terre, et le troisième est très difficile en ce qui concerne le degré de cuisson des aliments. Mais même capricieux, je ne prépare pas de repas spécial pour l'un ou pour l'autre. J'essaie plutôt d'intégrer un peu de toutes les choses qu'ils aiment en souhaitant que tout le monde y trouve son compte!


Pour ce qui est des besoins nutritionnels, j'essaie de leur servir autant que possible des aliments biologiques cultivés ou produits localement, y compris la viande. J'ai moi-même une certaine intolérance aux légumineuses et au gluten, alors je m'en tiens loin. Mais cela ne m'empêche pas d'utiliser du pain de seigle pour préparer les sandwichs des garçons. Disons que je réduis le plus possible les portions de légumineuses, de pain et d'aliments contenant du gluten pour les repas pris en famille.


J'aime bien essayer de nouvelles recettes quand j'ai le temps; malheureusement, certaines d'entre elles ne sont pas attrayantes aux yeux des garçons. Mais on a une règle à la maison : il faut prendre au moins quatre bouchées du nouveau plat avant de refuser d'en manger. La plupart du temps, après la quatrième bouchée, ils réalisent qu'ils aiment ça, et que c'est plutôt l'apparence qui les rebutait, et non le goût. En général, j'essaie de nouvelles recettes à l'heure du souper et je réserve leurs mets favoris pour le déjeuner et le dîner. Je m'estime chanceuse que mes fils adorent les légumes crus - carottes, concombres, poivrons rouges, céleri. À chaque repas, je leur en sers toujours un ou deux.


4. Quels sont les mets que vous aimez manger ensemble, en famille?

On aime beaucoup les fruits et les légumes, mais les garçons aiment aussi la pizza, le saumon grillé, les boulettes maison, le porc effiloché et les hamburgers. Et tout le monde raffole des sushis! L'été, c'est la saison du barbecue et des pique-niques. Ainsi, tous les dimanches de l'été, les garçons et moi allons au Leslieville Farmers' Market pour acheter des produits locaux. Il est très difficile de résister aux fruits et aux baies qui garnissent les comptoirs. On se réserve donc un petit coin près de la fontaine pour prendre une collation. Même si on n'est pas assis autour d'une table, on mange ensemble tout en apprenant d'où viennent toutes ces bonnes choses.


loat-family-salad-250.jpg

5. D'autres commentaires?


Les plus grands défis que je dois relever pour que l'on puisse manger ensemble se retrouvent dans ce que j'ai dit plus haut. Mais au cours de la dernière année, ces difficultés se sont aplanies peu à peu. Je pourrais, cependant, être mieux organisée pour la préparation des repas, en les planifiant pour une semaine complète, par exemple, plutôt qu'au jour le jour.


Depuis que l'on a recours au service de livraison d'aliments biologiques locaux Mama Earth Organics, il est plus facile de gérer notre budget d'épicerie. De plus, on ne paye pas beaucoup plus cher que si on s'approvisionnait au supermarché. Et comme les producteurs locaux accordent la priorité à ce service, tout le monde est gagnant!


Je ne me considère pas comme une excellente cuisinière, mais je fais tout pour m'améliorer. J'adore dénicher de nouvelles recettes sur le web, en particulier quand je cherche des façons d'apprêter les aliments qu'on reçoit dans notre panier hebdomadaire.



Nous remercions Elisa Loat et sa famille pour ce témoignage.


Vous aimeriez manger plus souvent avec les gens que vous aimez? On aimerait entendre vos commentaires à ce sujet!


Nous sommes à la recherche de familles (peu importe votre conception de la famille) qui, de concert avec notre diététiste, aideront à promouvoir et à faciliter les repas en famille ou entre amis. Nous vous reviendrons de temps à autre pour savoir en quoi vos repas pris ensemble ont changé votre vie.


Sur notre page Facebook www.facebook.com/rc.vivezmieux
Sur Twitter @rc_vivezmieux #vivezmieux
Par courriel à vivezmieux@radio-canada.ca

Les commentaires sur cet article font l’objet d’une modération avant d’être publiés afin de s’assurer qu’ils respectent notre nétiquette. Nous vous invitons à inscrire vos commentaires tant que la tribune est ouverte. Radio-Canada se réserve le droit de fermer une tribune sans préavis.

La Nétiquette

Note : Radio-Canada n’endosse pas nécessairement les opinions publiées. En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio-Canada a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !