CAPH banner left CAPH banner centre CAPH banner right
Le Canada: une histoire populaire
Les épisodes en bref
Header 5
Les épisodes en bref

Épisode : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17

Habitants de Nootka Habitants de Nootka, Colombie-Britannique. Artiste: Gallina Gallo (1776-1874). Épisode  1
Au début du monde...

Période: 15 000 ans av. J.-C. à 1800 apr. J.-C.

L'histoire des premiers habitants du continent nord-américain a débuté il y plus de 15 000 ans. Grâce à la tradition orale autochtone et à l'archéologie, le passé riche et diversifié des nombreuses sociétés amérindiennes, établies sur le territoire qui deviendra le Canada, a partiellement été reconstitué. Cette histoire révèle aussi la perception qu'ont eue les autochtones lors de leurs premiers contacts avec les explorateurs européens. Ces contacts ne se feront pas sans heurts, tel que l'illustre la rencontre en 1534, à Gaspé, entre Jacques Cartier et Donnacona, le chef iroquois, qu'il capturera et amènera en France l'année suivante. Plus tard, sur la côte du Pacifique, le choc des cultures se manifeste aussi lors de la rencontre entre Maquinna, chef Nootka, et John Jewitt, un marin anglais qui devint son prisonnier puis son ami un peu malgré lui.

Scénariste : Andrew Gregg
Réalisatrice : Gail Gallant
Collaboration au scénario : Richard Fortin
Réalisatrices adjointes : Julia Bennett, Lynn Glazier
Monteur : Jacques Milette
Cinématographie : Michael Sweeney CSC, Hans Vanderzande
Musique originale : Claude Desjardins et Eric Robertson

Comédiens : Yvan Ponton (Jacques Cartier), Art Kitching (John Jewitt), Jonathan Jacobson (Maquinna), Dominique Pétin (conteuse des plaines), Jennifer Hunter (conteuse inuite), Andrea Parro (conteuse de la côte Ouest), René-Daniel Dubois (André Thevet), Arthur Holden (William Cormack).

VISIONNEMENT DE L'ÉPISODE, LECTURE ET DISCUSSION


Début de la page

Samuel de Champlain Samuel de Champlain Épisode  2
Les aventuriers et les mystiques

Période: 1540 à 1670

La vision européenne de l'Amérique du Nord change peu à peu. D'un simple obstacle à contourner dans la quête d'un passage vers l'Orient et le Nord-Ouest, elle deviendra un endroit où établir des colonies permanentes. Suivront l'essor de la pêche dans les Grands Bancs et les débuts de la traite des fourrures. Les nombreuses explorations de Samuel de Champlain mèneront à la création de la Nouvelle-France. Ses débuts fragiles sont marqués par de nombreuses alliances et conflits entre les marchands de fourrure européens et les Amérindiens. Les tentatives soutenues des jésuites pour convertir les populations autochtones à la foi catholique soulèvent aussi des tensions.

Cinquante ans plus tard, voyant l'avenir de la jeune colonie menacé, Louis XIV reprend la destinée de la Nouvelle-France en mains. Il y envoie un contingent de soldats pour assurer la sécurité de la colonie ainsi que des jeunes femmes à marier, appelées � filles du roi �, afin d'y favoriser le peuplement.

Réalisateurs : Claude Lortie et Serge Turbide
Collaboration spéciale : Laine Drewery et Andrew Gregg
Scénaristes : Hubert Gendron et Richard Fortin
Journalistes à la recherche : Denyse Beaugrand-Champagne, Claude Bérrardelli
Réalisatrices adjointes : Metchild Furlani, Lynn Glazier
Monteur : André Daigneault
Cinématographie : Gaetan Morriset, Maurice Chabot, Pierre Mainville
Musique originale : Claude Desjardins et Eric Robertson

Comédiens : Ghislain Tremblay (Samuel de Champlain), Raymond Cloutier (François le Mercier), Jean L'Italien (Pierre Boucher adulte), Paule Baillargeon (Marie de L'Incarnation), Carl Béchard (Jean-Talon), Paul Doucet (Jean de Brébeuf), Gérard Poirier (Marquis de Salières).

VISIONNEMENT DE L'ÉPISODE, LECTURE ET DISCUSSION


Début de la page

Jacques Cartier Jacques Cartier Épisode  3
À l'assaut du continent

Période: 1670 à 1755

La Nouvelle-France, appelée à devenir une société complexe, ambitionne d'étendre son territoire sur l'ensemble du continent nord-américain. La population de la colonie se compose de boutiquiers, d'artisans, d'agriculteurs, de seigneurs mais aussi de riches marchands de fourrure ambitieux. Malgré l'interdiction de la France, le gouverneur Louis Buade de Frontenac et son associé Robert Cavelier de La Salle permettent l'expansion de la Nouvelle-France vers l'intérieur du continent. Motivés par la recherche de fourrures de qualité, marchands et aventuriers de la Nouvelle-France entretiennent des relations commerciales avec des tribus provenant d'aussi loin que le golfe du Mexique. L'expansion territoriale de la Nouvelle-France vers le sud suscite une tension soutenue avec les colons britanniques établis sur ce territoire. La lutte pour le contrôle de l'Amérique du Nord se corse entre colons britanniques et français et entraîne la déportation de plus de 10 000 Acadiens, catholiques et francophones.

Réalisateurs : Serge Turbide et Claude Lortie
Scénaristes : Hubert Gendron et Richard Fortin
Journalistes à la recherche : Denyse Beaugrand-Champagne, Claude Bérrardelli
Monteur : André Daigneault
Cinématographie : Gaetan Morriset, Maurice Chabot, Pierre Mainville
Musique originale : Claude Desjardins et Eric Robertson

Comédiens : Pierre Chagnon (Comte de Frontenac), Michel Bériault (Kondiaronk), Zachary Richard (Jean Labordore), Paule Baillargeon (Marie de L'Incarnation), François Papineau (Cavelier de La Salle).

VISIONNEMENT DE L'ÉPISODE, LECTURE ET DISCUSSION


Début de la page

Vue de la prise de Québec Vue de la prise de Québec Épisode  4
La bataille de l'Amérique

Période: 1754 à 1775

Vers le milieu du XVIIIe siècle, une vingtaine d'années suffisent pour modifier la destinée de la Nouvelle-France. La guerre de Sept Ans, annoncée par des escarmouches sur la frontière de l'Ohio, dès 1754, deviendra mondiale et embrasera tout le continent. La forteresse de Louisbourg, symbole de la puissance de l'empire français, est la cible d'une armée de plus de 27 000 militaires, le plus grand débarquement naval ayant eu lieu en Amérique du Nord. En 1759, le général britannique James Wolfe assiège la ville de Québec avec ses hommes mais la Citadelle résiste aux bombardements. Il s'assure le contrôle de l'Amérique du Nord lors d'un affrontement avec le commandant des forces militaires de la Nouvelle-France, Louis-Joseph de Montcalm. Cette bataille a lieu sur la terre abandonnée d'un fermier du nom d'Abraham Martin qui donnera son nom aux plaines désormais célèbres. À la fin de la guerre, en 1763, 70 000 colons français, loyaux à leur mère-patrie, sont gouvernés par l'autorité britannique.

Réalisateurs : Serge Turbide, Sally Reardon
Scénariste : Mark Starowicz
Réalisatrice adjointe : Julia Bennett
Journaliste à la recherche et collaboration au scénario : Richard Fortin
Monteur : Murray Green
Cinématographie : Michael Sweeney, CSC, Maurice Chabot, Pierre Mainville, Derek Kennedy
Musique originale : Claude Desjardins et Eric Robertson

Comédiens : Guy Nadon (Louis-Joseph de Montcalm), Lorne Brass (Général James Wolfe), Robert Lalonde (Pontiac), Yvonne Laflamme (Marie de la Visitation), John Gilbert (Sir James Murray), Normand Lévesque (Benjamin Franklin), Simon Barry (L'abbé Jean-Félix Récher), Normand Bissonnette (François Gaston de Lévis), Paul Savoie (Marquis de Vaudreuil).

VISIONNEMENT DE L'ÉPISODE, LECTURE ET DISCUSSION


Début de la page

La bataille de Tippecanoe, La bataille de Tippecanoe, 7 novembre 1811 Épisode  5
Une question de loyauté

Période: 1775 à 1815

En 1775, au début de la Révolution américaine, les rebelles américains envahissent le Canada. Malgré leurs efforts, ils ne parviennent pas à convaincre les Canadiens de prendre les armes contre l'autorité britannique. Cette première tentative d'invasion échoue. Après la révolution, ceux qui étaient demeurés fidèles à la couronne britannique - les Loyalistes - trouvent refuge au Canada. En très peu de temps plus de 40 000 personnes portant allégeance à la Grande-Bretagne, s'établissent en Amérique du Nord britannique, donnant ainsi naissance au Canada anglophone.

Trente ans plus tard, lors de la deuxième invasion américaine, en 1812, les batailles de Queenston Heights, Châteauguay et de Lundy's Lane se soldent par un statu quo, figeant les frontières actuelles et confirmant l'existence d'une présence britannique dans la partie septentrionale de l'Amérique du Nord. Certains y trouveront la gloire comme le Général Isaac Brock et le Colonel Charles-Michel de Salaberry; d'autres y perdront leur honneur, tel Benedict Arnold, le célèbre traître de la révolution américaine. Face au gouverneur Craig, les représentants élus luttent pour l'obtention de pouvoirs réels pour le parlement. Pierre Bédard, le fondateur du parti Canadien est leur porte-parole. Deuil chez les nations autochtones : avec la mort de Tecumseh, le rêve de l'alliance de tous les Amérindiens s'évanouit.

Réalisateur / Scénariste : Laine Drewery
Réalisateurs : Wayne Chong, Grazyna Krupa
Journaliste à la recherche : Martin Bisaillon
Collaboration au scénario : Richard Fortin
Monteur : Sheldon Beldick
Cinématographie : Maurice Chabot
Musique originale : Claude Desjardins et Eric Robertson

Comédiens : Yves Sioui-Durand (Tecumseh), François Tassé (Général Isaac Brock), Frédéric de Grandpré (Joseph Brant), Claude Poissant (Pierre Bédard), Louise Marleau (Thérèse Baby), Véronique Marchand (Amelia Harris).

VISIONNEMENT DE L'ÉPISODE, LECTURE ET DISCUSSION


Début de la page

Sauts dans les rapides, Québec 1879 Sauts dans les rapides, Québec 1879 Épisode  6
La route de l'Ouest

Période: 1670 à 1850

La traite des fourrures s'étend des Grands Lacs au Pacifique, grâce à de nombreuses expéditions vers l'Ouest. Avec la collaboration indispensable des Amérindiens, la Compagnie de la baie d'Hudson puis la Compagnie du Nord-Ouest deviennent de véritables empires et se disputent le territoire. De nombreux explorateurs et cartographes se lancent à la découverte de l'intérieur du continent. Pierre Esprit Radisson et Médart Chouart dit Des Groseillers défient les conditions imposées par le gouverneur et se lancent dans une première expédition qui les mènera dans les Grands Lacs puis, une deuxième, appuyée cette fois par l'Angleterre, qui les conduira à la baie d'Hudson.

Pierre Gaultier de Varennes, sieur de la Vérendrye, consacre une partie de sa vie à explorer le territoire et se rend jusqu'aux Rocheuses. Samuel Hearne, en compagnie de son guide Matonabbee, chef Déné, se lance dans une épuisante expédition le long du fleuve Coppermine, dans la région des terres dénudées de Barren. Grâce à sa détermination, l'explorateur Alexander Mackenzie est le premier européen à atteindre la côte du Pacifique. Dès l'âge de 14 ans, David Thompson, qui deviendra explorateur et géographe, est recruté par la Compagnie de la Baie d'Hudson.

Réalisatrice : Michelle Métivier
Scénariste : Gordon Henderson
Collaboration au scénario : Richard Fortin
Monteur : Mark Solnoky
Cinématographie : Derek Kennedy
Musique originale : Claude Desjardins et Eric Robertson

Comédiens : Edouard Kurtness (Saukamapee), Art Kitching (Samuel Hearne), Paul Essiembre (Daniel Harmon), Stéphan Côté (David Thompson), Daniel Pilon (Sir James Douglas), Gaétan Dumont (Radisson), Jacques Rossi (La Vérendrye), Jean Leclerc (Miles Mac Donnell).

VISIONNEMENT DE L'ÉPISODE, LECTURE ET DISCUSSION


Début de la page

Vue arrière de l'église de Saint-Eustache et de la dispersion des rebelles. Vue arrière de l'église de Saint-Eustache et de la dispersion des rebelles. 4 décembre 1837 Épisode  7
Rébellions et réforme

Période: 1815 à 1850

Dans les années 1830, la lutte pour l'obtention d'un gouvernement démocratique atteint un point culminant. La croissance économique et l'essor démographique des colonies pressent les réformistes tels que Joseph Howe en Nouvelle-Écosse, Louis-Joseph Papineau au Bas-Canada et William Lyon Mackenzie au Haut-Canada, à réclamer un régime ministériel permettant aux représentants élus de gérer les affaires internes des colonies.

Ils sont confrontés à des gouverneurs nommés par Londres qui, entourés de leurs favoris, ne veulent rien céder de leurs prérogatives.

En 1837-1838, cet affrontement se transforme en rébellions sanglantes dans le Haut et le Bas-Canada et la défaite des Patriotes est suivie d'une répression brutale. Des politiciens anglophones et francophones forment une alliance dans le but de convaincre Londres d'accorder, à ses colonies, un gouvernement responsable.

Réalisateur : Peter Ingles
Réalisateur : Andrew Burnstein
Premier journaliste : Frédéric Vanasse
Journaliste à la recherche : Martin Bisaillon
Monteur : Marc Jasmin
Cinématographie : Pierre Mainville, Maurice Chabot, Gaetan Morriset
Musique originale : Claude Desjardins et Eric Robertson

Comédiens : Martin Neufeld (William Lyon Mackenzie), Jean Petitclerc (Robert Baldwin), Denis Bernard (Joseph Howe), Alain Fournier (Louis-Joseph Papineau), Julie Vincent (Julie Papineau), Maxim Roy (Catherine Parr-Trail), Robert Daviau (Louis-Hippolyte Lafontaine).

VISIONNEMENT DE L'ÉPISODE, LECTURE ET DISCUSSION


Début de la page

Conférence de Charlottetown, Conférence de Charlottetown, �le-du-Prince-Édouard 11 septembre 1864 Épisode  8
Le grand projet

Période: 1850 à 1867

Moins d'une décennie suffit pour transformer une poignée de petites colonies en un nouveau pays, pas tout à fait affranchi de la mère-patrie, mais dont l'immensité couvre la moitié de l'Amérique du Nord.

Pendant qu'au sud, sévit la guerre civile américaine et que la Grande-Bretagne se désintéresse peu à peu de ses colonies, des hommes politiques mettent en place, malgré les oppositions, les bases de la Confédération.

Les débuts de la photographie permettent de saisir des images d'une société de plus en plus diversifiée: les magnats des chemins de fer, les religieuses secourant les défavorisés, les marchands prospères de Halifax, les réfugiés noirs du réseau clandestin Underground Railroad, ainsi que les nombreux immigrants irlandais qui s'installent dans les villes.

Réalisateur / Scénariste : Jim Williamson
Réalisatrices : Fiona McHugh, Johanne Ménard
Collaboration au scénario : Richard Fortin
Monteur : Murray Green
Séquences additionnelles : Ilona Crabbe
Cinématographie : Michael Sweeney, CSC, Maurice Chabot
Musique originale : Claude Desjardins et Eric Robertson

Comédiens : Domini Blythe (Jane Slocombe).

VISIONNEMENT DE L'ÉPISODE, LECTURE ET DISCUSSION


Début de la page

Thomas D'Arcy McGee Thomas D'Arcy McGee Épisode  9
D'un océan à l'autre

Période: 1867 à 1873

La Confédération étant à peine devenue une réalité, le Dominion du Canada doit faire face à un défi de taille qui consiste à étendre ses frontières politiques dans les prairies de l'Ouest. L'achat des Territoires du Nord-Ouest par le Canada s'effectue sans le moindre égard pour les Métis établis dans les Prairies, plus précisément à Rivière-Rouge. En 1869-1870, la résistance organisée par les Métis, et leur représentant Louis Riel, précède la création du Manitoba. Toutefois, ces événements marquent aussi le début de tensions soutenues entre francophones et anglophones, catholiques et protestants de cette région. L'annonce de la construction d'un chemin de fer transcontinental rend la perspective de l'union beaucoup plus avantageuse pour la Colombie-Britannique, qui fera son entrée dans la Confédération en 1871. Deux ans plus tard, l'Île-du-Prince-Édouard y adhère à son tour. Les frontières politiques du Canada s'étendent maintenant d'un océan à l'autre.

Réalisateur / Scénariste : Jim Williamson
Réalisatrices : Fiona McHugh, Johanne Ménard
Collaboration au scénario : Richard Fortin
Monteur : Murray Green
Séquences additionnelles : Ilona Crabbe
Cinématographie : Michael Sweeney, CSC, Maurice Chabot
Musique originale : Claude Desjardins et Eric Robertson

VISIONNEMENT DE L'ÉPISODE, LECTURE ET DISCUSSION


Début de la page

Louis Riel s'adressant aux jurés pendant son procès à la suite de l'échec de la Rébellion du Nord-Ouest Louis Riel s'adressant aux jurés pendant son procès à la suite de l'échec de la Rébellion du Nord-Ouest Palais de Justice Saskachewan 1885 Épisode  10
La conquête de l'Ouest

Période: 1873 à 1896

La décennie suivant la Confédération est une période d'adaptation pour le Dominion du Canada et pour John A. Macdonald, le premier à accéder à la fonction de Premier Ministre. L'Est canadien, d'une part, dont l'économie repose sur le développement industriel, est aux prises avec une dépression économique et l'exode des Canadiens français vers les États-Unis. D'autre part, dans l'Ouest, une nouvelle révolte, menée par Louis Riel, menace d'éclater. La répression de la rébellion et la volonté implacable de Macdonald de pendre le catholique francophone Louis Riel menacent l'équilibre fragile entre le Québec et le Canada anglais. Au même moment, la répartition des pouvoirs entre Ottawa et les provinces ainsi que la question des écoles au Manitoba suscitent des débats violents. Ce qui n'empêchera pas le grand rêve de se réaliser : un chemin de fer traversera les Prairies qui se peupleront à la faveur d'une importante vague d'immigration.

Réalisateur : Bill Cobban
Journalistes à la recherche : Martin Bisaillon, Lynette Fortune
Monteur : Sheldon Beldick
Cinématographie : Michael Sweeney, CSC, Hans Vanderzande
Musique originale : Claude Desjardins et Eric Robertson

VISIONNEMENT DE L'ÉPISODE, LECTURE ET DISCUSSION


Début de la page

Mariage ukrainien, vers 1900 Mariage ukrainien, vers 1900 Épisode  11
La grande transformation

Période: 1896 à 1915

De 1896 à 1915, la croissance démographique, résultant des vagues successives d'immigration, la croissance économique soutenue, générée par la diversification des exportations et l'essor de la production du blé dans les Prairies, transforment le visage du Canada.

Dans les Prairies, des paysans venus de l'Europe de l'Est recherchent des terres gratuites pour s'y établir tandis qu'un mouvement d'inspiration socialiste mobilise la classe ouvrière naissante. Dans tout le pays, des militantes se lèvent pour réclamer le droit de vote des femmes et la prohibition. Le rythme rapide des transformations sociales contribue à exacerber l'intolérance et le racisme, notamment à l'égard des immigrants asiatiques.

Au cours de cette période, les tensions engendrées par le rôle que doit jouer le Canada dans l'Empire britannique contribuent à mettre fin au règne de Sir Wilfrid Laurier, en 1911. Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, en 1914, un vent d'enthousiasme se lève au Canada anglais en faveur de la participation des Canadiens à l'effort militaire. Mais au Canada français on refuse de combattre pour l'Angleterre, plongeant le pays dans des tensions internes qui entraîneront des affrontements musclés.

Réalisateurs : Halya Kuchmij, Andrew Burnstein
Scénariste : Andrew Burnstein
Recherchiste : Xavier Gélinas
Monteur : Mark Solnoky
Cinématographie : Maurice Chabot
Musique originale : Claude Desjardins et Eric Robertson

VISIONNEMENT DE L'ÉPISODE, LECTURE ET DISCUSSION


Début de la page

Le premier ministre Robert Borden passe en revue les troupes canadiennes en France. Le premier ministre Robert Borden passe en revue les troupes canadiennes en France. Épisode  12
L'épreuve du feu

Période: 1915 à 1929

L'importante contribution militaire du Canada pendant la Première Guerre mondiale (60 000 morts pour une population de huit millions d'habitants) transforme celui-ci aux plans socio-économique et politique et modifie la place qu'il occupe sur l'échiquier mondial au cours des années 1920. Le courage et la bravoure des combattants et l'horreur engendrée par les guerres de tranchées deviennent indissociables des célèbres batailles des Canadiens à Yprès, à la Somme, à la Crête de Vimy, à Courcelette et à Passchendaele.

Néanmoins, l'effort de guerre au Canada devient source de déchirements importants entre anglophones et francophones, en particulier lors de la crise de la conscription en 1917. Au printemps 1919, la grève générale de Winnipeg réveille la crainte d'une insurrection bolchévique. La stabilité revient brièvement au cours des années 1920. Elle est vite interrompue par le krash de la bourse de New York et tout le pays, à l'instar du reste du monde occidental, est alors plongé dans une crise économique sans précédent.

Réalisatrice : Jacqueline Corkery
Première journaliste : Lynda Baril
Réalisatrice adjointe : Grazyna Krupa
Monteur : André Daigneault
Musique originale : Claude Desjardins et Eric Robertson

VISIONNEMENT DE L'ÉPISODE, LECTURE ET DISCUSSION


Début de la page

La dépression dans les années 30 en Colombie-Britannique La dépression dans les années 30 en Colombie-Britannique Épisode  13
Temps difficiles

Période: 1929 à 1940

Dans les années 1930, l'économie canadienne s'effondre et engendre une crise politique et sociale prolongée dont personne ne connaît la solution.

La sécheresse qui affecte l'agriculture dans les Prairies, forçant des milliers de personnes à abandonner leurs fermes, les camps de travail, l'émeute de Régina, les difficultés économiques dans l'ensemble du pays favorisent l'émergence de nouveaux courants politiques et de nouveaux leaders tels William Aberhart, Maurice Duplessis et Mitchell Hepburn.

Sur le plan international, la montée du fascisme et la perspective d'une autre guerre mondiale effraient. Lorsque la guerre est déclarée, en 1939, le Canada se retrouve pratiquement seul à combattre aux côtés de la Grande-Bretagne.

Réalisatrice : Jill Offman
Réalisatrice adjointe : Marcy Cuttler
Journaliste à la recherche : Claude Bérrardelli
Monteur : Jacques Milette
Cinématographie : Michael Sweeney, CSC, Maurice Chabot
Musique originale : Claude Desjardins et Eric Robertson

VISIONNEMENT DE L'ÉPISODE, LECTURE ET DISCUSSION


Début de la page

Deuxième Guerre mondiale Deuxième Guerre mondiale Épisode  14
Dans la fournaise de la guerre

Période: 1940 à 1946

Le Canada arrive à l'âge adulte, en quelque sorte, dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale : les soldats canadiens débarquent à Dieppe, tandis que les femmes se mettent au travail dans les usines du pays. Par les récits émouvants de Canadiens des deux côtés de l'Atlantique, on comprend le rôle militaire du Canada ainsi que les conséquences politiques et sociales que le conflit entraîne au pays. Une génération entière y perdra son innocence, mais l'espoir d'un avenir et d'un monde meilleurs surgit des décombres.

Réalisatrice : Susan Teskey

VISIONNEMENT DE L'ÉPISODE, LECTURE ET DISCUSSION


Début de la page

Épisode  15
La prospérité et la peur

Période: 1946 à 1964

La fin de la Seconde Guerre mondiale marque la fin de quinze années de bouleversements sociaux, politiques et économiques. Le baby boom de l'après-guerre et les politiques économiques et sociales du gouvernement entraînent un essor économique sans précédent, porteur de prospérité et de croissance pour l'ensemble des Canadiens. Parallèlement, la télévision devient un puissant moyen de communication doté d'une portée politique et sociale considérable. Le Canada de l'après-guerre sera façonné par des chefs très charismatiques - dont Diefenbaker, Smallwood, Duplessis et le leader du CCF, Tommy Douglas - ainsi que par des grandes questions telles que l'assurance-maladie, la guerre froide et la peur croissante de la guerre nucléaire, et l'absorption graduelle du Canada dans les sphères d'influence militaire, économique et culturelle des États-Unis.

Réalisatrice (la premère heure) : Susan Teskey
Réalisatrice (la deuxième heure) : Marquise Lepage

VISIONNEMENT DE L'ÉPISODE, LECTURE ET DISCUSSION


Début de la page

Le premier ministre Pierre-Elliot Trudeau Le premier ministre Pierre-Elliot Trudeau Épisode  16
L'espoir et la colère

Période: 1964 à 1976

Le Canada, dans les années soixante et soixante-dix, connaît la révolution dans tous les domaines : politique, culturel mais aussi dans la vie personnelle de ses citoyens. La Révolution tranquille au Québec et les manifestations des jeunes aux quatre coins de l'Amérique du Nord ébranlent l'ordre établi. Certains événements - l'adoption de l'unifolié et la tenue d'Expo 67 qui attire l'attention du monde entier sur le Canada - unissent les habitants du pays tandis que d'autres sont plus menaçants : la crise du FLQ et la Loi sur les mesures de guerre de 1970, la crise de l'énergie qui creuse un énorme fossé entre l'Est et l'Ouest du pays. Un homme très télégénique est élu chef du Parti libéral du Canada puis premier ministre, et la Trudeaumanie change à tout jamais le visage de la politique canadienne.

Réalisatrice : Marquise Lepage

VISIONNEMENT DE L'ÉPISODE, LECTURE ET DISCUSSION


Début de la page

NULL Épisode  17
Dans un monde incertain

Période: 1976 à 1990

L'ordre mondial et la prospérité qui se sont installés au lendemain de la Seconde Guerre mondiale commencent à s'étioler, et une certaine insécurité économique se fait sentir. Le libre-échange, la mondialisation, l'avènement du féminisme, l'effondrement de l'Union soviétique, l'émergence du multiculturalisme et la croissance exponentielle des nouvelles technologies sont autant de facteurs qui déterminent le paysage politique et social du Canada. Pendant ce temps, le débat au sujet de l'unité canadienne se poursuit, avec le référendum de 1980 au Québec, le rapatriement de la Constitution et l'accord du lac Meech. L'épisode final de la série se termine par une émouvante réflexion sur l'histoire du pays ainsi que sur les enjeux auxquels le pays aura à faire face au XXIe siècle.

Réalisatrice : Susan Dando

VISIONNEMENT DE L'ÉPISODE, LECTURE ET DISCUSSION


Début de la page

Accueil | explorez les épisodes | biographies | guide pédagogique | bibliographie | plan du site | pour nous joindre
Radio-Canada.ca | épisodes en bref | nos produits | en coulisses | audio/vidéo

� Radio-Canada 2001
Tous droits réservés